Texte Chaperon rouge version théâtre !

Publié le par les plumes de l'arbre

La scène se passe un soir, chez Mère-Grand, devant la cheminée. Mère-Grand tricote. Chaperon rouge est assise en face d’elle dans un fauteuil à bascule. Elle a un air mélancolique, regarde souvent la lueur de la lune, vers la fenêtre, ou reste les yeux fixés sur le feu dans l’âtre Elle pousse un soupir.

Mère-Grand : Qu’est-ce qui ne va pas ma chérie? Je te trouve bien morose…

Chaperon rouge : Je ne sais pas mamie, j’ai envie de … je ne sais pas quoi. J’ai du mal à dormir. Je m’ennuie.

Mère-Grand : Voyons, comment peut-on s’ennuyer à ton âge ? Tu peux trouver mille choses à faire ! Je suis ravie de t’avoir ici en vacances pour une semaine, bien sûr, mais tu préférerais peut-être être ailleurs, je ne sais pas, moi, … avec des amis par exemple ?

Chaperon rouge : Toutes mes amies ont changé de vie, tu sais. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais … nous n’avons plus les mêmes envies, les mêmes préoccupations.

Mère-Grand (elle compte les mailles qu’elle vient de tricoter, en réfléchissant) . Ma chérie, il y a des choses dont nous devons parler, je crois. (elle plie son tricot méticuleusement, le pose à côté d’elle sur la commode et se penche en avant, sérieuse) As-tu rencontré le loup dans les bois, dernièrement ?

Chaperon rouge : Oh mamie, tu t’imagines pas tous les stratagèmes qu’il faut pour éviter le loup ! Je crois même qu’ils sont plusieurs. A chaque sentier, il y en a un qui semble m’attendre, me guetter ! Je veille à bien suivre les conseils de papa et maman, je me cache, je me trace de nouveaux sentiers à travers les ronces et les orties pour venir te voir et t’apporter ton gâteau préféré. Mais, le loup est tenace, je finis toujours par apercevoir sa silhouette derrière un arbre...

Mère-Grand (elle soupire). Dis-moi, ces conseils, quand tes parents te les ont-ils donnés ?

Chaperon rouge. Eh bien, … (elle réfléchit )… j’avais 6 ou 7 ans, je crois.

Mère-Grand : Et tu en as combien aujourd’hui ? 22 ans ? 23 ans ?

Chaperon rouge : J’ai 25 ans dans une semaine, mamie.

Mère-Grand : Bien, bien bien ! Alors, écoute-moi, il est temps que je t’explique quelque chose d’important…

Scène 2 : mêmes personnages, même endroit. Une jolie lumière de fin d’après-midi au printemps passe par la fenêtre. On frappe à la porte.

Mère-Grand ( d’une voix forte) : Tire la chevillette, et la bobinette cherra !

Chaperon rouge (elle entre, essoufflée) : Oui Mamie, depuis le temps, je commence à le savoir tout de même. (Elle rit, enlève son chaperon qu’elle jette négligemment sur un fauteuil, secoue ses cheveux qui retombent sur ses épaules. Elle se laisse tomber sur le fauteuil, puis se relève vivement pour faire chauffer de l’eau)

Mère-Grand ( l’examine, l’oeil intéressé): Alors ma chérie, que s’est-il passé depuis la dernière fois ?

Chaperon rouge. Oh mamie, si tu savais ! J’ai fait comme tu m’as dit. Je suis allée dans le bois, cette fois sans galette, sans petit pot de beurre, les mains libres. Et j’ai vu un loup. Il avait le poil pelé, l’oeil torve et souriait en bavant. J’ai fui ! Ensuite, il y en a eu un autre … jeune, élégant. Il ne disait rien, au début, il me regardait juste passer, tu vois. Attentif, mais pas agressif. Tu avais raison, les loups ne sont pas tous les mêmes ! J’ai ralenti, comme tu me l’avais conseillé. Il m’a dit bonjour, et on a discuté un peu de la météo. Je crois qu’il était gêné, il ne savait pas trop quoi dire, ça m’a donné confiance. Alors j’ai juste déboutonné mon corsage, en le regardant, droit dans les yeux. Il est devenu tout rouge, et puis il s’est avancé vers moi… et puis… , et puis...

Mère-Grand (elle s’approche du Chaperon rouge, et lui ôte délicatement deux brins d’herbe entortillés dans ses cheveux). Et puis... tu as vu le loup ! (elle sourit et lui tapote gentiment la main). Et c’était bien ?

Chaperon rouge. Tu ne peux pas imaginer ! Maintenant, je comprends qu’on entende régulièrement certains halètements et hurlements aux bons soirs de printemps. Je ne risque plus du tout d’avoir encore peur du loup. Mais … c’est comme ça avec tous les loups, tu crois ?

Mère-Grand (elle reprend son tricot) : Alors ça, ma chérie, je te laisse le découvrir par toi-même. (elle hésite quelques secondes). Et dis-moi, t’ai-je déjà parlé de Barbe bleue ? Ou bien d’un loup nommé Prince Charmant ? Non ? Bon… eh bien, je crois qu’il faut qu’on parle un peu entre femmes … Prépare le thé, et sors les petits gâteaux, veux-tu ? On en a pour un bon moment !

( Fin : le rideau tombe)

Thème du jour : un moment de pur bonheur

Règle de l'atelier : on a TOUJOURS le droit de ne pas respecter les contraintes, si notre inspiration nous emporte ailleurs 

Le site donne le thème, mais ne met pas en ligne les aides / supports / pistes donnés aux participants pour écrire leurs textes. Pour les connaître, rejoignez-nous en atelier !

Publié dans Créations ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article